L’incroyable trésor de Damien Hirst

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de Venise, mais pas de carnaval. Il y a déjà plusieurs semaines que j’ai envie de vous offrir cette petite parenthèse culturelle. Deux semaines après les folies vénitiennes, je me suis offerte trois jours en solitaire  à Venise pour aller voir la biennale d’art. J’y ai trouvé des oeuvres qui me parlaient et d’autres moins, je dois avouer, que je suis assez hermétique à certaines productions d’art moderne lorsque je n’arrive pas à y trouver un sens. Je ne juge pas, mais je n’arrive en tous cas pas à y entrer sans aide. Je crois que je ne suis pas la seule dans ce cas.

Je voulais voir les deux fameuses mains géantes qui soutiennent un immeuble le long du Grand Canal, symbolisant le réchauffement climatique et ses conséquences inquiétantes sur Venise. Nul besoin d’en dire plus, le symbole est plus que clair !

J’avais aussi entendu parler d’une exposition qui m’avait interpelée, j’avais décidé d’aller la voir et je dois dire qu’elle m’a littéralement bouleversée ! C’est elle qui m’a donné envie d’écrire cet article.

Il s’agit de l’incroyable trésor du Wreck de Damien Hirst qui se tient dans deux  deux lieux appartenant à la fondation Pinault: la Punta della Dogana et le Pallazzo Grassi jusqu’au 3 décembre prochain.

Un immense navire (le Wreck) appartenaitt à des esclaves qui ont volé à leurs maîtres des trésors colossaux de toutes les époques. Il a coulé et tous ses trésors se sont répartis dans la mer. Incroyable! Pourquoi n’en avons-nous jamais entendu parler ? Et bien tout simplement parce que cette histoire est née dans l’esprit de Damien Hirst.

Ce dernier ne s’est pas contenté de rêver au trésor, il a créer de ses mains près de 400 objets,  alllant de la pièce de monnaie à la statue de 18 mètres. C’est ce trésor qu’il expose dans les deux lieux qui semblent faits sur mesure. A  chaque nouvelle découverte, on se dit: il a aussi pensé à ça ! Imaginez qu’il y a des films et des photos géantes qui vous montrent comment les oeuvres que vous avez sous les yeux ont été arrachées à la mer par des plongeurs. Hirst a donc dû immerger plusieurs de ses immenses sculptures pour mettre en scène leur découverte. Il est même allé jusqu’à faire une maquette du bateau pour montrer comment le trésors était rangé à l’intérieur.

Cet artiste est un fou qui nous fait rentrer dans sa folie, parfois on ne sait plus si les pièces sont de lui ou si ce sont des pièces qui appartiennent à un musée, il a fallu que je consulte l’immense livre de l’expo pour vérifier que les lieux ne sont pas, en temps normal, un musée et que tout fait bien partie de l’exposition. je vous laisse découvrir, n’oubliez pas que vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir !

Je n’étais jamais entrés dans la Punta della Dogana, le lieu est très beau et la vue depuis la salle est très belle aussi !

Au Pallazzo Grassi, on est accuilli par un colosse sans tête de 18m de haut, vraiment impressionnant ! Vous le retrouverez à plusieurs endroits de la galerie photos car a chaque étage on a une nouvelle perspective sur la statue.

 

Voilà, j’espère que cette petite parenthèse vous aura plu, à très bientôt sans doute !

4 réflexions au sujet de « L’incroyable trésor de Damien Hirst »

  1. Quel dommage que cette exposition des… trésors imaginés se termine si tôt. Nous n’avons pas pu aller à Venise depuis presque deux ans (changement complet de genou pour moi, alors les escaliers et ponts de Venise…), et nous n’avons pas trouvé le temps d’y aller depuis que je remarche à peu près normalement. J’aurais pourtant bien voulu aller la voir… Alors : un grand MERCI pour ce reportage en images !

    • Oui, elle est restée un certain temps, peut-être sera-t-elle prolongée ? Je suis contente que votre genou aille mieux ! Effectivement, Venise n’est pas la ville idéale quand on a un problème avec les membres inférieurs!

  2. Quelle jolie découverte tu nous fais partager ! Si je ne suis pas très adepte du style de la plupart des pièces, j’adore l’idée et les clins d’oeil à toutes sortes de références culturelles. Et il a vraiment du goût en matière de poitrines, j’apprécie. Merci Nathalie !

Lire vos commentaires est toujours un plaisir, n'hésitez donc pas !