Une vraie usine à masques !

De mon côté, je voulais ce week-end faire les masques de Caroline, Yannick et ma collègue Dani pour qu’ils soient prêts pour Annecy dans 4 semaines déjà. Je voulais aussi faire la couture de la robe de Dani.

Je me suis installée dans la cuisine pour couvrir les masques d’enduit plâtré. Pendant que j’y étais, j’ai recouvert d’enduit les masques de tous les enfants pour gagner du temps aux ateliers. Nous n’avons pas assez de temps pour enduire, attendre que ça sèche et poncer, puis ré-enduire en un seul atelier.

En comptant les prototypes, je me suis retrouvée avec une trentaine de masques à traiter et c’est devenu l’usine:

Enduire tous les masques:

Poncer, poncer, poncer, mettre une couche de fond, re-poncer. Au début, je ne voulais faire que les masques de Caroline,Yannick et Dani, mais lorsque j’ai vu combien c’était délicat et difficile  j’ai décidé de le faire aussi pour les élève. C’était une très bonne idée. En effet le ponçage nécessite beaucoup d’attention. Et lorsque j’ai vu la poudre de plâtre qui volait dans tout l’appartement, je me suis dit que c’était inconcevable dans une salle de cours.

Quelques petits problèmes se sont présentés:

Une fois poncé j’ai essayé divers technique pour faciliter la suite des opérations (enduit à nouveau, puis re-ponçage). J’ai essayé de réduire les inégalités de surface pour éviter trop de séance de ponçage. Vernis + couche de fond permet de bien voir où on en est. Il n’est pas facile de les lisser. Mon problème s’est accentué car, n’ayant plus d’enduit, j’ai utilisé une poudre plâtrée faite exprès pour en refaire. Malheureusement, l’enduit fait avec la poudre est beaucoup moins fiable que celui qui est tout prêt. La couche est cassante et se ponce plus difficilement. Tous les masques poncés (environ la moitié du total) ont été peints deux fois. Ce travail était fatiguant, les vernis et sous-couches ne sentent pas bon, le ponçage est long pour chaque masque !

On voit que le masque est encore loin d’être prêt! C’est pour cette raison que j’ai pris la décision de préparer des masques en plastique pour Annecy car le temps presse.

C’est en voulant peindre les masques en plastique que l’après-midi a tourné au vinaigre: j’ai sprayé une sous-couche qui a immédiatement formé des bulles et des coulures et j’ai eu le même effet avec la peinture dorée des masques de Caroline et Yannick. Il a donc fallu tout décaper et je n’ai pas encore eu le courage de recommencer. Il faut que je rachète de la sous-couche en pot que j’appliquerai. comme l’an passé au rouleau. Ensuite je réessaierai le spray doré, même si je sais que la peinture métallisée est toujours compliquée à appliquer efficacement.

Lasse de mes masques qui n’avançaient pas malgré les heures passées dessus, je voulais me mettre à la couture de la robe de Dani et là encore, pas de chance ! Comme Caroline et Yannick utilisaient  la machine à coudre la plus récente, j’en ai pris une autre. Cette dernière a cassé l’aiguille 4 fois de suite alors qu’elle ne buttait sur rien ! J’ai fini par appliquer ma vieille consigne qui dit qu’il vaut mieux s’arrêter quand tout foire et reprendre le tout à un autre moment!

4 réflexions au sujet de « Une vraie usine à masques ! »

  1. cet article transpire le découragement, tu as dû en passer des heures et des heures pour des résultats peu concluants…. j’avoue, pour les masques, je compatis, j’ai essayé d’en faire UN et je n’ai jamais réitéré :-/
    c’est vrai que parfois, il vaut mieux laisser tomber pour mieux revenir plus tard !! bon courage

  2. Bonjour,
    Je viens de vous rejoindre avec plaisir.
    Passionnée de couture, j’aime surtout créer des modèles et j’ai envie de me lancer dans les costumes vénitiens. ( j’adore l’Italie! ) et espère aller au carnaval en 2017 .

    • Bonjour,
      Bienvenue sur notre blog, je me réjouis d’avoir le temps d’explorer un peu le votre qui a l’air sympa aussi! Je pense que vous avez largement tous les atouts nécessaires pour prendre beaucoup de plaisir dans la création de costumes vénitiens ! La liberté totale, la cogitation perpétuelle, et, cerise sur le gâteau, le retour des gens quand on déambule, vous allez y prendre goût, c’est certain ! On se croisera peut-être en 2017 ! En attendant, j’espère pouvoir suivre l’avancée de votre (vos) costume(s) sur votre blog ! C’est sympa, ça permet de s’encourager les uns les autres et de rebondir quand quelque chose coince ! Belle suite!

Lire vos commentaires est toujours un plaisir, n'hésitez donc pas !