Une première journée de vente exceptionnelle

Le jour J est enfin arrivé! Nous avons fait notre vente au Centre Commercial d’Allaman. Nous avons commencé par installer notre stand. Les deux mannequins, le poster pêle-mêle, les nombreux délices cuisinés par les élèves et leurs parents. Il y  avait des pâtisseries sucrées et salées, mais aussi des confitures, courgettes à l’aigre doux, brochettes de bonbons des paquets de bricelets.

Les confitures maison sont très très bien parties ! La maman de Solène avait fait une très grosse Pizza coupée en tranches. Cinq minutes après son installation sur la table, une dame a acheté toutes les tranches car elle avait une fête chez elle ! On nous avait conseillé de vendre les pâtisseries au prix « à votre bon coeur ». Il faut avouer que c’était un très bon plan! Les gens sont très généreux quand on ne leur fixe pas de prix ! Nous vendions aussi, bien entendu, les calendriers et les cartes postales ainsi que les photophores et les bijoux.

J’avais reçu des instructions très strictes lors de l’inscription au centre commercial:

  • Interdiction de déambuler masqués dans le centre
  • Interdiction de mettre des affiche ou faire de la promotion en dehors de la table
  • Interdiction de tenter d’attirer les gens vers la table, ils doivent s’y rendre spontanément
  • Les élèves devaient toujours être sous l’oeil d’un adulte responsable
  • Il fallait être gentil avec les gens
  • Ramasser tous ses déchets à la fin

Les  trois derniers points semblent pour le moins évidents (comment vendre en étant méchant avec les gens ?), les trois premiers nous embêtaient un peu plus par rapport à ce que nous avions prévu ! Dans un monde idéal, nous aurions aimé pouvoir faire des apparitions costumées par couple et distribuer des petits fichets incitant les gens à visiter notre stand. Ceci aurait aussi permis aux gens de comprendre un peu mieux ce qu’est le carnaval vénitien. ils auraient été intrigués et nous auraient posé des questions auxquelles nous aurions pu répondre. Cependant, nous avons bien compris la position du centre et nous avons décidé de présenter les costumes d’un des couples sur des mannequins. Frustella et mon porte-manteau bonhomme seraient donc du voyage.

A la même époque, j’avais aussi demandé si on pouvait vendre autre chose que des pâtisseries et je n’ai eu aucune réponse. Nous avons donc décidé de faire les bagues et de décorer des phtotophores offertes par la maman de Sidney.

La semaine passée, j’ai envoyé un mail pour savoir s’il serait éventuellement possible d’avoir une deuxième table pour en avoir une d’alimentaire et une de non alimentaire. La gérante m’a répondu négativement. Elle a ajouté qu’on n’avait pas l’autorisation de vendre autre chose que des pâtisseries, sauf en très petite quantités, mais il était un peu tard…

Nous avons donc dû trouver des stratégies. Nous avons décidé d’exposer un calendrier et un lot de cartes et de garder les stocks à vendre dans des cartons, derrière nous. Pour les bagues, j’ai acheté deux petits charriots de 3 paniers dans lesquels j’ai glissé les corbeilles préparées pour exposer les bagues et pendentifs. Pas très pratique ! Les clients ne voyaient pas la totalité des bagues au départ.

En fin de matinée, l’animateur du centre commercial qui nous avait déjà plusieurs fois annoncé au micro est venu nous confier que la gérante était partie en vacance le soir d’avant. Il nous a incité à prendre une deuxième table pour poser nos bijoux. Je suis donc partie au brico du centre pour acheter une petite table pliante et je suis revenue avec, tout simplement, un étendage à linge, bien moins cher. Nous avons placé une nappe dessus et le tour était joué et nos bijoux bien mis en valeur!

IMG_1198Finalement, nous avions beaucoup de marchandise et nous avons gagné CHF 2455.-. ça a été une grosse surprise, nous ne nous attendions pas à un tel succès !

Merci infiniment aux élèves qui sont restés, en deux groupes, chacun 5 heures de suite sans se plaindre, à Mergita, qui ne fait pas partie du projet mais est venu aider ses camarades, aux parents qui les ont aidés à préparer plein de délices et qui sont parfois même restés avec nous. Merci aussi à Dani et Christine qui sont restées avec moi de 8h à 18h45 non stop et à Stéphanie et Christian qui sont aussi venus donner un coup de main.

Nous n’avons pas encore atteint la somme nécessaire pour financer tout le voyage à Venise, mais, grâce à la cagnotte électronique, la participation de la municipalité de la ville où se trouve notre école, les ventes de calendriers et de bijoux aux collègues et par les élèves, ainsi que par la maman d’Antonino qui vend des calendriers dans son salon de coiffure, nous avons déjà les 2/3 de la somme visée en deux semaines de ventes.

Nous sommes en mesure de dire maintenant, que, pour peu que la DGEO (direction de l’école obligatoire) nous donne son accord pour quitter le territoire suisse, (ce qui devrait être une formalité), nous sommes certains de pouvoir partir ! Les enfant vont continuer à vendre calendriers et cartes, nous organiserons, à  l’école, une soirée de présentation avec un diaporama racontant notre histoire qui va être préparé par Solène. Nous viendrons ensuite costumés à la fin de la projection. Il y aura en parallèle une vente de calendriers, bijoux et photophores et un apéritif. Nous organiserons aussi une vente dans un petit centre commercial. Ceci devrait nous permettre de trouver les fonds restants.

Enfants, parents, enseignants et accompagnants sont plus motivés que jamais pour donner le dernier coup de collier !

Alors, en route, l’aventure continue !